top of page

La Gestion des Habilitations, des Principes Fondamentaux à l'Industrialisation de la démarche


La Gestion des Habilitations pour le Personnel de l'Entreprise


Habiliter les utilisateurs du système d'information d'une organisation consiste à leur accorder les bons droits d'accès. Chaque acteur qui accède aux données de l'entreprise doit posséder un niveau d'habilitation adapté à ses missions ou à sa situation. Il est également important de noter que l'on parle également de permissions, de privilèges ou d'autorisations. Tous ces termes sont des synonymes qui désignent les habilitations.


Sur le papier, la tâche paraît simple, n'est-ce pas ? Mais si nous transposons cela à la réalité de l'entreprise, il s'agit d'habiliter des centaines, voire des milliers d'utilisateurs qui vont interagir avec un système d'information de plus en plus ouvert et hétérogène. On comprend alors pourquoi des solutions existent pour industrialiser la gestion des habilitations !


À l'heure où les cyber-menaces explosent littéralement, la sécurité du système d'information et des ressources de l'entreprise est une priorité. Une gestion des habilitations défaillante représente une menace sérieuse pour la sécurité et peut avoir des conséquences graves pour l'entreprise. En effet, le contrôle des droits d'accès est l'un des éléments indispensables pour protéger le système d'information contre les erreurs humaines, les utilisations frauduleuses et la perte ou le vol de données.


Cela étant dit, les projets de gestion des identités et des habilitations sont souvent perçus comme complexes, voire pénibles pour l'entreprise. Pourtant, en s'appuyant sur quelques principes de base, un outil de gestion des habilitations et une démarche itérative, c'est un projet qui apportera un retour sur investissement appréciable et des réponses immédiates à des enjeux clés pour l'entreprise.



Les Principes Fondamentaux en Matière de Droits d'Accès au Système d'Information


Avant d'aborder la mise en œuvre d'un projet de gestion des habilitations, il est important de rappeler quelques règles d'or qui définissent une bonne gestion des habilitations :


LE PRINCIPE DE MOINDRE PRIVILÈGE

Le principe est simple : un utilisateur doit disposer uniquement des droits nécessaires à l'exécution de ses missions, ni plus ni moins. L'idée sous-jacente est de restreindre les droits d'accès des utilisateurs pour réduire les risques de sécurité. Selon ce même principe, chaque processus, appareil et application du système doit se voir attribuer la moindre autorité nécessaire pour éviter de compromettre des informations privilégiées.


Pour appliquer ce principe du moindre privilège dans l'entreprise, on pourra notamment se baser sur les rôles métiers des organisations (#RBAC, #ORBAC) et les profils applicatifs. C'est sur ce principe du moindre privilège que repose le modèle de sécurité Zero trust notamment.

LE PRINCIPE DE SÉPARATION DES PRIVILÈGES

Ce principe consiste à séparer les tâches et les responsabilités entre différents utilisateurs afin d'éviter les conflits d'intérêts et les abus. Par exemple, une personne chargée de la création des comptes utilisateurs ne devrait pas avoir les droits pour valider ces comptes. De même, un administrateur système ne devrait pas avoir accès aux données sensibles de l'entreprise, sauf si cela est nécessaire pour l'exécution de ses tâches spécifiques.


Ce principe vise à prévenir les situations où un utilisateur pourrait abuser de ses privilèges pour effectuer des actions non autorisées ou compromettre la sécurité du système.



LA REVUE RÉGULIÈRE DES HABILITATIONS

La gestion des habilitations ne se limite pas à l'attribution initiale des droits d'accès. Il est essentiel de mettre en place des processus de revue régulière pour s'assurer que les habilitations restent appropriées au fil du temps. Les droits d'accès doivent être régulièrement réévalués en fonction des évolutions des postes, des responsabilités ou des changements organisationnels.


Les revues périodiques permettent de détecter les habilitations inutiles ou excessives, les utilisateurs ayant des droits incompatibles avec leurs fonctions actuelles, ainsi que les éventuelles activités suspectes ou non conformes.



L'AUTOMATISATION DE LA GESTION DES HABILITATIONS

Pour faciliter la gestion des habilitations à grande échelle, il est recommandé d'automatiser autant que possible les processus liés à l'attribution, à la modification et à la révocation des droits d'accès. L'automatisation permet de réduire les erreurs humaines, d'accélérer les délais de traitement et de garantir une cohérence dans l'application des règles de sécurité.


L'utilisation d'outils de gestion des identités et des accès (#IAM) peut grandement faciliter cette automatisation en fournissant des fonctionnalités telles que la gestion centralisée des habilitations, la mise en place de workflows de validation, l'intégration avec les sources d'authentification et de référentiels d'utilisateurs, ainsi que des tableaux de bord et des rapports pour suivre les activités liées aux habilitations.



EN CONCLUSION

La gestion des habilitations est un enjeu majeur pour assurer la sécurité du système d'information d'une entreprise. En suivant les principes fondamentaux tels que le moindre privilège, la séparation des privilèges, la revue régulière et l'automatisation, il est possible de mettre en place une gestion efficace des habilitations. Il est également essentiel de sensibiliser les utilisateurs aux bonnes pratiques en matière de sécurité informatique et de leur fournir des formations appropriées. La sécurité du système d'information est une responsabilité partagée entre l'entreprise et ses employés.


Enfin, il est recommandé de se faire accompagner par des experts en sécurité informatique pour mettre en place une solution de gestion des habilitations adaptée aux besoins et contraintes spécifiques de l'entreprise.


bottom of page